1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back to Publication

Égalité des sexes: En quête de justice dans un monde d'inégalités (rapport)


Extrait du Chapitre 12 – Décentralisation et égalité entre les sexes

Depuis les années 1990, le renforcement des administrations locales, ou gouvernements locaux, par la décentralisation des pouvoirs, des ressources et des attributions vers les conseils municipaux et autres organes locaux, a été l’un des aspects importants de la réforme de la gouvernance. L’intention est d’améliorer la qualité et le fonctionnement des services, de resserrer la gestion des budgets, de stimuler le développement du secteur privé et d’accroître la participation locale au processus décisionnel. Cette intention se fonde sur l’idée que, du fait de la proximité de l’administration, les citoyens s’intéresseront de plus près à la manière dont leurs impôts sont dépensés et surveilleront davantage l’adéquation entre l’action de leurs représentants sur place et les besoins locaux qu’ils ne le font pour ceux qui s’en vont dans la capitale.

Cette partie du programme de réformes a été plus ouverte que les autres à la participation active des femmes, à la fois en qualité de conseillères locales et en qualité d’usagères des services publics locaux. Les femmes, en général, et aussi les personnes sans ressources et socialement marginalisées, sont censées tirer profit de la plus grande transparence et de la meilleure qualité des services que devrait garantir la proximité de l’administration. Cela est vrai dans le cas de programmes sociaux conçus et mis en oeuvre à l’intention de groupes défavorisés dans les domaines de l’éducation sanitaire, de l’enseignement primaire, de la création d’emplois et de revenus, de la remise en état de quartiers insalubres ou encore de l’installation de réseaux d’assainissement et d’approvisionnement en eau peu coûteux.

Vous pouvez ouvrir le fichier PDF, ou le recevoir par e-mail, en choisissant une des options, à droite.