1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Technologie, entreprise et société

Technology and Transformation: Facilitating Knowledge Networks in Eastern Europe



Les auteurs se penchent ici sur l’évolution parallèle des technologies interactives et des organisations non gouvernementales (ONG) en Europe de l’Est. Ils s’intéressent à l’émergence, d’une part, des ONG comme acteurs présentant de nouvelles topographies organisationnelles et, de l’autre, à l’émergence de l’Internet et des technologies interactives connexes qui non seulement apportent de nouvelles modalités de représentation dans la sphère publique virtuelle mais dont l’adoption permet aussi de modifier radicalement le caractère de l’organisation.

Les organisations bénévoles non gouvernementales jouent un rôle capital dans le renforcement de la société civile en Europe de l’Est. La croissance extrêmement rapide du secteur bénévole depuis 1989 a coïncidé avec la révolution numérique et, aujourd’hui, tant les ONG que l’Internet connaissent une croissance exponentielle dans toute la région. En un peu plus de dix ans, le cadre technologique dans lequel opèrent les associations bénévoles est passé de l’ère pré-Gutenberg, avec toutes ses limitations, aux technologies de communication de pointe, avec toutes les possibilités qu’elles offrent. En quoi les organisations de la société civile peuvent-elles être génératrices des innovations organisationnelles et technologiques dont a besoin leur société pour s’adapter continuellement à une économie mondiale en pleine mutation? Tel est le sujet qu’explorent Jonathan Bach et David Stark. Ils font valoir que les ONG peuvent développer leur emploi des nouvelles technologies pour sortir de leurs rôles actuels de filets de sécurité (atténuant les problèmes sociaux liés à la naissance de l’économie de marché) et de soupapes de sécurité (donnant une voix aux catégories sociales sous-représentées dans une vie politique où la compétition n’a fait que récemment son apparition). Les ONG peuvent, ce faisant, fonctionner à la manière d’entrepreneurs sociaux explorant de nouvelles formes d’organisation et être ainsi génératrices d’innovation sociale.

Pourtant, si les technologies interactives sont en train de modifier la forme organisationnelle des ONG, cela pose une série de problèmes totalement nouveaux: les hybrides ainsi créés peuvent-ils encore cadrer avec la définition reconnue des organisations bénévoles? Quels nouveaux problèmes de responsabilité pourraient finalement compromettre leur autonomie ou leur flexibilité? Quel impact ces changements pourraient-ils avoir sur leur capacité d’agir en vecteurs du changement social? Dans cette étude, les auteurs concentrent leur attention sur trois ONG d’Europe de l’Est qui évoluent de concert avec des technologies interactives: le Centre des médias de pointe à Prague, République tchèque (C@MP), le Centre Culture et communication (C3) en Hongrie et Klon/Jawor en Pologne. Ils suivent leur développement en tant qu’organisations favorisant la collaboration, mettant au point de nouveaux programmes entrepreneuriaux, créant des formes d’organisation originales telles que la méta-ONG virtuelle, d’organisations qui, par leurs pratiques, transforment les technologies et les rapports sociaux. Comme, à l’intérieur des ONG, coexistent et rivalisent maintenant différents principes d’évaluation, elles sont prises de plus en plus entre les systèmes de valeurs du monde des affaires (efficacité, solvabilité) et leur mission sociale (adhésion aux principes, programmes idéologiques). Les auteurs voient une tension entre l’heureuse exploitation de ces contradictions et les défis que pose la prolifération des critères de performance, où les acteurs qui doivent répondre du respect d’un grand nombre de principes risquent de n’en plus satisfaire aucun.

Jonathan Bach est l’un des professeurs principaux du Programme des affaires internationales de la New School University, New York, et membre affilié du corps enseignant du Center on Organizational Innovation de l’Université de Columbia, New York. David Stark occupe la chaire Arthur Lehman à l’Université de Columbia où il enseigne la sociologie et les affaires internationales.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 1 Nov 2003
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1020-8216
    From: UNRISD