1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme Area: Gender and Development (2000 - 2009), Social Policy and Development (2000 - 2009)

Réformes foncières et égalité des sexes (Synthèses de l’UNRISD sur les recherches et politiques )



Il est maintenant reconnu que les réformes agraires qui ont été introduites entre les années 50 et la fin des années 70 étaient indifférentes au genre. Ces réformes partaient souvent de l’hypothèse que tous les membres du ménage bénéficiaient équitablement des biens alloués à son chef—généralement un homme. Non seulement elles ne tenaient pas compte de la situation à laquelle doivent faire face les femmes et les personnes qui sont à leur charge en cas de dissolution de l’union (lors d’une séparation, d’un divorce ou d’un veuvage), mais elles étaient aussi indifférentes à la façon dont l’accès inégal des hommes et des femmes à la terre alourdissait la charge de travail (non rémunéré) des femmes mariées, aggravait leur insécurité économique et réduisait leur pouvoir de négociation dans le ménage.

Ces réformes ont eu lieu à un moment où l’égalité des sexes n’avait pas vraiment sa place dans les programmes politiques, ni les organisations féminines la notoriété dont elles jouissent aujourd’hui. Dans les années 90, la réforme des institutions foncières est redevenue une question capitale aux yeux des organismes internationaux de développement. Mais cette vague de réforme a-t-elle été plus sensible au genre que les précédentes?

Les réformes ont été essentiellement axées sur l’attribution de titres, afin d’assurer la sécurité de jouissance et de stimuler les marchés fonciers. Les réformes ont été souvent conduites par des coalitions néolibérales, nationales et étrangères, avec des fonds provenant d’organisations mondiales et régionales qui étaient d’avis qu’il n’est pas de secteur agricole dynamique sans droits à la propriété privée. Il serait cependant simpliste de considérer que les réformes nationales d’occupation des sols ont été imposées d’en haut par des forces néolibérales. Les transitions démocratiques, bien que souvent fragiles, ont donné une nouvelle chance à la réforme agraire, en remettant à l’ordre du jour national les inégalités devant la terre. Les débats politiques récents sur la terre se sont aussi distingués par la part qu’y ont prise des mouvements sociaux, notamment des mouvements féminins, et leurs alliés nationaux et internationaux. Dans quelle mesure les réformes de la nouvelle génération prennent-elles en compte les intérêts des femmes? C’est à cette question qu’est consacrée cette note d’information de l’UNRISD.

Les Synthèses de l’UNRISD sur les recherches et politiques visent à améliorer la qualité du dialogue sur le développement. Elles replacent les recherches de l’Institut dans le cadre général des débats sur le développement social, font la synthèse des résultats et attirent l’attention sur des questions à prendre en considération dans le processus décisionnel. Elles fournissent ces informations sous une forme condensée qui devrait être utile notamment aux décideurs politiques, aux universitaires, aux militants et aux journalistes.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 1 Feb 2006
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1815-0845
    From: UNRISD