1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Politique sociale et développement

Late Industrializers and the Development of the Welfare State



En étudiant ici les expériences faites en matière de politique sociale par plusieurs vagues de pays d’Europe, d’Amérique latine et d’Asie du Sud-Est qui se sont industrialisés tardivement, l'auteur approfondit plusieurs questions intéressantes sur l’évolution de l’Etat providence. Pourquoi certains de ces pays ont-ils choisi d’adopter assez tôt des mesures de protection sociale? Celles-ci ont-elles été adoptées sur la pression de coalitions sociales ou d’institutions particulières? L’institution de la protection sociale a-t-elle été une initiative fondatrice de l’Etat ou celui-ci a-t-il ainsi tenté d’exploiter ou même de canaliser une capacité administrative déjà en place? Le document s’ouvre sur l’étude de l’Europe du Nord, généralement considérée comme la patrie d’origine de l’Etat providence. Les sections suivantes sont consacrées à l’expérience de l’Asie orientale et de l’Amérique latine, puis à l’évolution récente de la politique sociale en Afrique subsaharienne.

Chris Pierson s’intéresse à la relation entre industrialisation tardive et protection sociale dans ces divers contextes et sur une période de plus d’un siècle. Il relève certains points communs à tous les pays arrivés tardivement à l’industrialisation, y compris une foule d’éléments portant à croire à un “apprentissage des institutions”. Il y a certains avantages à être un Etat providence tardif et, pour nombre d’Etats, une politique sociale active a servi à stimuler le développement social et économique.

Dans les pays arrivés tardivement à l’industrialisation, l’Etat providence a été généralement plus modeste (du moins en ce qui concerne la proportion des dépenses sociales) et moins redistributif. En général, plus l’Etat providence s’étend et se consolide, plus il est difficile à changer. On peut donc penser que les pays qui sont arrivés tardivement à l’industrialisation et dont l’expérience est positive peuvent avoir quelque chose à apprendre aux Etats providence établis de longue date. L’accent mis en Asie orientale sur le rôle d’organe de contrôle (plutôt que de prestataire) de l’Etat providence et la priorité donnée à l’éducation et à l’emploi, par exemple, sont devenus des éléments clés du programme de réforme des Etats providence de l’Europe occidentale. Les Etats providence tardifs ont toujours été fortement influencés à la fois par l’exemple des pays développés et par ce que leur soufflent les institutions internationales. Aujourd’hui, la Banque mondiale attache plus ou moins le même prix à la protection sociale et à la sécurité sociale qu’aux impératifs de la croissance économique et à la formation du capital humain. Cependant, elle ne demande pas simplement un plus grand engagement de l’Etat. Vu l’importance de la position adoptée par les institutions financières internationales pour les Etats qui aspirent à s’industrialiser (et à remodeler en conséquence leur politique sociale interne), un tel changement d’attitude est capital.

S’agissant de l’Afrique subsaharienne, Chris Pierson estime que la plupart des Etats de la région n’ont sans doute pas la capacité de gestion ou les ressources nécessaires pour administrer des systèmes de sécurité sociale complexes. L’enjeu à court terme, cependant, est de trouver les moyens les plus efficaces de combattre l’insécurité absolue qui règne, et non pas de mettre en place un Etat providence traditionnel (assurance sociale liée à la participation à l’économie organisée).

La taille de l’Etat n’est pas la question cruciale. Bien que les détracteurs d’un régime de protection sociale étendu aient relevé la modestie des Etats providence de l’Asie du Sud-Est, les économies les plus fortes de cette région ont mis en place des régimes de protection sociale assez développés—fait parfois masqué par les conventions qui déterminent ce qui compte comme dépenses sociales. Bien entendu, même les Etats les plus performants ne sont pas à l’abri du copinage et de détournements au profit d’intérêts particuliers, mais les régimes de protection sociale des Etats les moins performants semblent être rongés par ces maux.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 1 Sep 2004
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1020-8208
    From: UNRISD