1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Politique sociale et développement

Pensions and Pension Funds in the Making of a Nation-State and a National Economy: The Case of Finland



Le propos de ce document est d’étudier et de décrire l’évolution des régimes de retraite en Finlande. L’auteur se place en particulier sous l’angle de l’utilisation des fonds de pension dans la politique nationale. Le cas finlandais apporte des éléments utiles à l’étude de deux fonctions latentes de la politique sociale: comment unifier la nation (après une grave guerre civile) et comment investir les fonds de pension de manière à permettre la réalisation de projets nationaux de développement.

L’auteur examine le premier régime national de retraite, par capitalisation, qui, créé en 1937, reposait uniquement sur la constitution de comptes individuels. Ces fonds ont servi à fournir de l’électricité au pays. Il étudie aussi le rôle des pensions liées à l’emploi, introduites en 1961. Les fonds du régime de 1961 ont servi à industrialiser le pays. Institué en 1966, le régime municipal des retraites, par capitalisation partielle, présente aussi un intérêt particulier. Les fonds de pension communaux ont été en partie investis dans la construction de logements, ce qui a aidé le pays à passer d’une économie agricole à une économie industrielle et urbaine. Enfin, il aborde la situation actuelle, dans laquelle de tels “méta-projets nationaux” ne semblent plus possibles. De nos jours, les capitaux, y compris les fonds de pension, sont investis là où la rentabilité semble la meilleure, sans tenir compte des objectifs nationaux comme autrefois. On se heurte là à un problème classique dans les actions collectives: les fonds de pension proviennent du travail accompli en Finlande mais sont de plus en plus investis dans des projets hors du pays, ce qui se traduit par une réduction du nombre des emplois en Finlande et entraîne une contraction de la base sur laquelle sont perçues les primes de l’assurance vieillesse. La question cruciale est donc de savoir si l’on peut sortir de ce cercle vicieux et, si oui, comment?

L’expérience finlandaise est un bon exemple de la façon dont la politique sociale a été utilisée comme stratégie de développement. Il y a, dans l’histoire de la politique finlandaise des retraites, plusieurs aspects qui pourraient être riches d’enseignements pour les pays en développement. Premièrement, le premier régime national de retraite a vu le jour dans une société pauvre et essentiellement agricole. Il y aurait des leçons utiles à tirer de la mise en œuvre du système, ainsi que de la manière dont les problèmes liés à la perception des primes d’assurance ont été résolus. Deuxièmement, les programmes de politique sociale peuvent créer et renforcer le sentiment de solidarité et d’appartenance de la population. La façon dont se construit la sécurité sociale a une incidence importante sur la solidarité sociale. Les Finlandais ont réussi dans ce domaine: ils se font confiance, mutuellement et à leurs institutions, et la Finlande est le pays le moins corrompu au monde.

Troisièmement, la politique sociale peut servir à promouvoir des objectifs économiques nationaux; l’auteur accorde à cet aspect une attention particulière. Le premier régime national de retraite de 1937 reposait sur des comptes d’épargne individuels. C’était une sorte d’épargne obligatoire ou de confiscation à la consommation, à des fins d’investissement. Ce régime a fonctionné dans une certaine mesure, et les fonds nationaux de pension ont servi à aider le pays à traverser la tourmente de la Deuxième Guerre mondiale et à reconstruire la Nation après la guerre. Les fonds de pension nationaux ont été délibérément utilisés pour doter le pays des infrastructures nécessaires. Dans ce sens, ce régime fondé sur l’épargne et la capitalisation a été un succès. Au début des années 60, une loi a été adoptée pour relier la retraite à l’emploi. Ces retraites reposaient sur une capitalisation partielle. Ces fonds de pension d’employés, qui sont maintenant parmi les plus importants de l’Union européenne, ont été investis pour accélérer l’industrialisation du pays, et la plus grande partie des fonds a été placée, notamment sous forme de prêts, ou investie dans l’industrie finlandaise. Ainsi, si les fonds de pension nationaux ont joué un rôle capital en fournissant de l’électricité au pays dans les années 50, les caisses de retraite des employés ont aidé à le transformer en une société industrielle.
L’histoire de la politique finlandaise des retraites montre qu’il est possible de concilier politique sociale et développement économique de manière à obtenir simultanément une société plus ou moins juste et stable, une sécurité sociale décente et une forte croissance économique. Ces différents aspects ne sont pas forcément incompatibles. Le cas finlandais est révélateur à cet égard.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 15 Mar 2006
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1020-8208
    From: UNRISD