1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Société civile et mouvements sociaux

Toward a Typology of Civil Society Actors: The Case of the Movement to Change International Trade Rules and Barriers



L’auteur propose ici une typologie des acteurs de la société civile selon leurs attributs organisationnels et leur vision du monde et l’applique ensuite au mouvement pour changement des règles du commerce international et ce qui y fait obstacle. Il entend ainsi contribuer aux débats actuels sur l’autonomie et l’influence grandissantes de la société civile et sur la diversité croissante des acteurs de la société civile dans le contexte de la mondialisation.

L’auteur commence par esquisser la situation socio-historique actuelle. Se plaçant dans la perspective de l’évolution sociale, il fait valoir que l’ère de la mondialisation se caractérise par l’émergence d’une nouvelle forme sociale, le “réseau”, qui ouvre la voie à une prolifération d’acteurs non étatiques et transforme la nature même du conflit social. L’auteur soutient également que, dans ces conditions, les acteurs de la société civile gagnent en influence, que la sphère de la société civile acquiert une plus grande autonomie et devient de plus en plus le lieu du conflit social.

Dans ce contexte socio-historique, l’auteur propose ensuite une typologie des acteurs de la société civile, qu’il range en quatre catégories: (i) les organisations non gouvernementales (ONG), qui ont une structure officielle et hiérarchique et tiennent un discours rationnel; (ii) les mouvements sociaux, qui sont amorphes et spontanés, horizontaux, charismatiques, cathectiques et de plus en plus réticulaires; (iii) les réseaux d’acteurs de la société civile qui sont segmentés, flexibles, polycentriques, synergiques et générateurs d’informations et (iv) les plateaux où se retrouvent des acteurs de la société civile et qui ont une géographie fixe, sont discontinues dans le temps, itératives et rhizomatiques.

Pour situer sa typologie dans l’histoire et lui donner des formes sociales concrètes, l’auteur l’applique au mouvement pour le changement des règles du commerce international et ce qui y fait obstacle. A cette fin, il analyse quatre moments de ce mouvement, qui correspondent aux quatre catégories de la typologie. Il prend comme exemple d’ONG Focus on the Global South. Il étudie les mobilisations latino-américaines contre les zones de libre-échange comme type de mouvement social, et se penche sur une coalition britannique pour le commerce équitable, le Trade Justice Movement, comme type de réseau d’organisations de la société civile. Pour la plateaux où se retrouvent des groupes de la société civile, il choisit l’exemple du Forum social mondial, en étudiant plus précisément la place qu’y tient l’objectif—changer les règles du commerce international et ce qui y fait obstacle.

L’auteur conclut en élaborant son argument normatif central: le processus de rationalisation que souhaitaient les acteurs de la société civile pour exercer plus d’influence a paradoxalement réduit leur légitimité et leur potentiel d’émancipation. Ainsi, par exemple, les liens économiques et juridiques tissés par les ONG pour influencer les “institutions de ce monde”—l’économie, la politique et les milieux universitaires—servent à perpétuer ces institutions, qui les instrumentalisent parfois pour se légitimer.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 3 Oct 2007
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1020-8178
    From: UNRISD