1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Identités, conflit et cohésion

Inequality and Conflict: A Review of an Age-Old Concern



Les liens qui peuvent exister entre inégalité et conflit violent sont à l’origine d’une des plus anciennes inquiétudes qui soient en économie politique. Selon une hypothèse quasi universelle, une répartition inique des ressources et des richesses provoque une révolte violente. Et pourtant, l’histoire montre et même prouve qu’une répartition très faussée des revenus et des richesses ne débouche pas toujours ni même généralement sur la révolte. On en déduit le plus souvent que l’inégalité est légitimée d’une manière ou d’une autre; qu’elle s’accompagne d’un pouvoir trop grand et d’une répression trop sévère pour être vaincus ou que divers facteurs font obstacle à une action collective.

Ce document de Christopher Cramer donne une vue d’ensemble des grands courants de pensée qui se sont penchés sur la question des rapports entre l’inégalité et le conflit, en s’intéressant surtout au lien de cause à effet entre inégalité et conflit. L’auteur explique que, bien que l’inégalité et la violence soient des constantes de la société humaine, le conflit politique violent et organisé n’éclate que de temps à autre et alterne avec des périodes de paix. Il invoque trois raisons possibles à cela: (i) l’inégalité pourrait ne pas être une cause de conflit, ou n’est peut-être ni nécessaire ni suffisante pour provoquer un conflit violent; (ii) plutôt que l’inégalité en soi, des caractéristiques particulières de l’inégalité pourraient être génératrices de conflit; et (iii) un certain degré d’inégalité, mesuré de diverses manières, pourrait avoir un rapport avec l’éclatement d’un conflit violent (ce qui supposerait qu’il existe un seuil qui lui-même peut varier selon les conditions sociales, politiques et culturelles et avec le niveau de revenu moyen).

Lorsqu’on étudie l’inégalité, on est amené le plus souvent à en étudier les symptômes et les résultats. Cela vaut en particulier pour les études quantitatives des liens entre inégalité et conflit politique, qui portent sur de larges échantillons. Cependant, selon Christopher Cramer, pour comprendre les liens entre inégalité et conflit—plutôt que d’essayer de dégager un schéma statistique de la régularité des événements—il est important d’étudier les facteurs qui produisent et sous-tendent l’inégalité, ainsi que les rapports qu’ils peuvent avoir avec le conflit, surtout si les études quantitatives effectuées sur de larges échantillons donnent des résultats ambigus.

L’auteur plaide pour une analyse relationnelle de l’inégalité et du conflit, en traitant des diverses manières de concevoir une telle analyse. Dans la première section, il examine des assertions différentes sur l’inégalité pour voir si elles cadrent bien avec telle ou telle théorie du conflit et, dans la deuxième section, analyse les différentes propositions des sciences sociales sur les liens entre l’inégalité (principalement des revenus) et le conflit politique violent.

Selon Christopher Cramer, si les liens entre inégalité et conflit violent suscitent depuis longtemps l’intérêt, la théorie ou la certitude empirique n’en a pas pour autant évolué ou progressé. Il reste beaucoup d’indétermination dans le traitement des liens entre l’inégalité économique et le conflit politique violent. L’auteur met en évidence les faiblesses empiriques de la grande majorité des affirmations avancées dans ce domaine.

Selon lui, si la recherche a produit un corpus de connaissances qui vont en s’accumulant, une grande partie de la littérature, si l’on y voit des affirmations contradictoires fondées sur de larges échantillons de pays, a été stérile. Le manque de clarté des systèmes de catégorisation et des définitions, et l’indigence des données (sur l’inégalité, la violence politique, la guerre civile, etc.) en sont deux des principales raisons. Cette dernière est due au caractère lacunaire d’une grande partie des données provenant de pays en développement, à leur absence de comparabilité et au fait que les conséquences du conflit politique violent rendent difficile la collecte de données fiables.
Si les affirmations universelles sur le rapport entre inégalité et conflit ne sont pas totalement convaincantes, il y a eu néanmoins une réflexion théorique fructueuse sur l’inégalité, qui pourrait donner lieu à de nouvelles recherches empiriques sur le rôle de l’inégalité dans la genèse et la propagation du conflit politique violent. Christopher Cramer estime qu’il faudrait à l’avenir encourager la recherche à faire des études de cas comparatives qui aient une profondeur historique et examinent des problèmes spécifiques dans des contextes divers, sur la base d’échantillons de comparaison plus modestes.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 9 Oct 2005
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1020-8194
    From: UNRISD