1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Politique sociale et développement

Política social y reforma social "a la tica": Un caso paradigmático de heterodoxia en el contexto de una economía periférica



L’auteur examine ici la politique sociale du Costa Rica en la replaçant dans son contexte historique et en cherchant à comprendre ses origines, sa contribution au développement du pays et l’état des réformes sociales en cours.
En toile de fond, il examine l’intervention délibérée de l’Etat costaricien dans le domaine social lors de la période post-coloniale. Lorsque le pays est devenu une république indépendante en 1821, l’importance du “social”, comme on le dit ici, n’a pas tardé à être reconnue.

Les réalisations indéniables du Costa Rica dans ce domaine sont à attribuer à la stratégie de développement établie dans les années 50. Cette stratégie reposait sur un modèle hybride combinant exportations agricoles et industrialisation de substitution aux importations et confiait à l’Etat le soin de créer les conditions—à la fois matérielles et sociales—du développement. Investissements sociaux et politique sociale se sont vu accorder un rang de priorité particulier dans cette phase du développement du Costa Rica, qui a manifestement bénéficié de l’expansion économique de l’après-guerre.
Au début des années 80, une conjugaison de facteurs internes et internationaux a précipité la crise du modèle de développement dominant, et les acquis sociaux du pays ont été sérieusement menacés. En fait, la situation a commencé à se détériorer, comme le montre la montée du chômage et de la pauvreté. Le Costa Rica a fait exception à la règle en réussissant en général à préserver les investissements sociaux. Cependant, on s’est aperçu que la qualité des services sociaux déclinait avec le temps et que le nombre de leurs bénéficiaires fluctuait.

Vers 1985, le pays s’est mis à appliquer un nouveau modèle de développement. Depuis, son économie subit des changements, qui sont liés à la promotion des exportations et à la libéralisation, mais ne suit pas une trajectoire régulière. Le Costa Rica n’est plus un pays essentiellement agricole et, avec la mondialisation actuelle, l’implantation d’activités économiques liées à la nouvelle société de l’information et du savoir progresse sans cesse.
Un examen de la politique sociale pendant cette période révèle une réforme sectorielle et institutionnelle inégale dans des secteurs où la couverture universelle est jugée importante (la santé, l’éducation, la sécurité sociale), ainsi que dans les domaines de l’assistance sociale et de la lutte contre la pauvreté. Bien que certaines réformes aient été menées à bien dans ces secteurs, les efforts manquent visiblement de coordination.
A la suite des changements survenus dans le mode de développement, notamment de la présence de nouveaux fournisseurs de services sociaux et de l’évolution démographique, la politique sociale doit répondre à de nouvelles exigences. Les préoccupations touchent notamment à la pertinence, aux effets, au rapport coût-efficacité, à la qualité, à la nécessité de ne négliger aucun domaine ni aucun groupe social, et au renforcement des capacités de contrôle et d’encadrement.

En résumé, le grand défi que doit relever le Costa Rica consiste à favoriser une réforme sociale qui soit en harmonie avec le changement économique et apporte le développement humain auquel aspire la nation.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 15 Aug 2005
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1020-8208
    From: UNRISD