1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Politique sociale et développement

Successful Targeting? Reporting Efficiency and Costs in Targeted Poverty Alleviation Programmes



Le choix entre le ciblage et le régime social universel se fait pour des raisons économiques, morales et politiques. Dans le débat sur les mérites comparés du ciblage et des solutions universelles apportées aux problèmes de la pauvreté et de l’exclusion sociale, beaucoup ont plaidé en faveur d’interventions ciblées, faisant valoir qu’elles constituent un moyen efficace de toucher les pauvres sans renoncer à la rigueur budgétaire. A une époque de restriction dans les dépenses publiques—position qui s’est imposée avec le consensus de Washington à la fin des années 80 et pendant les années 90—les programmes sociaux ciblés sont devenus la règle.

Le ciblage consiste à concentrer sur les plus pauvres et les plus vulnérables les ressources limitées dont sont dotés les régimes sociaux. C’est là l’un des principaux arguments en sa faveur. Les régimes ciblés sont présentés comme un moyen plus efficace de diriger les ressources sur les pauvres, tout en maintenant les dépenses sociales à un niveau bas. Aux yeux de ses défenseurs, le ciblage présente ainsi deux avantages: il confère une efficacité plus grande aux mesures de réduction de la pauvreté et il réduit ou stabilise les dépenses sociales. A première vue, ces arguments semblent logiques et, au cours des dernières décennies, on en est venu à admettre que les programmes sociaux ciblés permettaient de réduire la pauvreté de manière plus économique que les régimes universels.

Ainsi, au nom de la réduction des coûts, les régimes universels n’ont cessé de se transformer en régimes ciblés, non seulement dans les pays industrialisés mais aussi dans le monde en développement. Mais les programmes sociaux ciblés, axés sur la réduction de la pauvreté, sont-ils toujours la meilleure solution? En examinant les arguments en faveur du ciblage à la lumière des résultats obtenus et en mesurant son efficacité par rapport à ses coûts économiques et autres—en particulier dans le contexte des engagements internationaux de lutte contre la pauvreté—ce document fait ressortir quatre grands problèmes liés aux effets signalés du ciblage dans les programmes de réduction de la pauvreté: (i) le ciblage ne cible pas nécessairement les pauvres; (ii) souvent, il n’est pas économique; (iii) il a besoin d’institutions fortes, ce qu’elles ne sont pas toujours dans les pays où il est mis en œuvre; et (iv) il n’est pas toujours viable d’un point de vue politique.

Comme la Banque mondiale est l’un des défenseurs les plus connus du ciblage et a publié plusieurs études sur son efficacité, et que les politiques et méthodes recommandées par la Banque pèsent de tout leur poids sur la lutte menée contre la pauvreté, l’auteur de ce document accorde une attention particulière aux publications de la Banque mondiale sur le sujet.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 15 Nov 2007
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1020-8208
    From: UNRISD