1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Société civile et mouvements sociaux

Transnational Civil Society Movements: The State of Anticorruption Efforts



De plus en plus depuis quelques années, des sujets de préoccupation mondiale, tels que la corruption, donnent lieu à un débat passionné. Des acteurs de la société civile transnationale ont fait de la corruption un problème non plus seulement local et national mais aussi international. Le débat sur la corruption doit beaucoup de son dynamisme à des organisations de la société civile (OSC) mondiale. La littérature, de plus en plus abondante, consacrée à l’émergence d’OSC transnationales et à leurs modes d’action, constitue une véritable mine de renseignements sur l’autre vision du monde qu’elles proposent.

Les auteurs s’intéressent aux efforts anticorruption déployés par les OSC transnationales, à la nature de ces organisations, à leurs structures et à la façon dont elles évoluent. Ils cherchent à définir les activités et fonctions du mouvement et le type de méthodes qu’elles emploient pour atteindre leurs objectifs. Ils recensent les domaines de tension suivants: (i) les questions de légitimité et de représentation entre les OSC transnationales; (ii) les zones floues que comporte la notion de société civile mondiale; (iii) la fracture Nord-Sud; (iv) la composition et les membres des mouvements de la société civile transnationale; (v) leur recours croissant aux nouvelles technologies; et (vi) la faillibilité comme préoccupation naissante de la société civile. De ces tensions se dégage un programme de recherche et de sensibilisation auquel figurent notamment: (i) la nécessité de repenser les frontières entre la société civile, l’Etat et le marché, en particulier dans la promotion des mouvements transnationaux mondiaux; (ii) la légitimation de la société civile mondiale; (iii) les évaluations internes; (iv) le problème du transnationalisme; et (v) les activités en aval des mouvements transnationaux.

Les auteurs concluent que les mouvements anticorruption semblent avoir des stratégies, des techniques et des programmes satisfaisants. Ce qu’il reste à établir, c’est la capacité de ces mouvements à faire reculer durablement la corruption au niveau national. Cependant, les groupes de la société civile suivent des voies différentes dans leurs campagnes contre la corruption. Elles se révèlent efficaces pour conclure de vastes alliances et coalitions avec les institutions de l’Etat et du marché et à estomper ainsi les frontières classiques qui délimitent la société civile.

Avec la corruption, qui franchit diverses frontières et gagne des domaines différents, elles sont confrontées à un nouveau défi. L’organisation d’une bonne campagne anticorruption oblige les acteurs sociaux à dépasser les conventions de la société civile, les frontières de l’Etat et du marché. Ces frontières ne supposent pas seulement l’existence de paramètres physiques et organisationnels, mais aussi et surtout une adaptation des approches et des stratégies.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 1 Aug 2006
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1020-8178
    From: UNRISD