1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Genre et développement, Evénements spéciaux

Neolibs, Neocons and Gender Justice: Lessons from Global Negotiations



Ce document est une réflexion sur l'environnement dans lequel se poursuit la lutte pour la justice sexuelle dans le monde. L'auteur prend aussi du recul pour fournir une grille d'analyse qui permette d'expliquer l'essentiel des tensions entre la justice sexuelle et d'autres éléments de la justice sociale et économique, et de tirer les conséquences stratégiques de la multiplicité des espaces dans lesquels interviennent les rapports sociaux entre hommes et femmes. Elle s'appuie sur l'expérience de féministes qui ont fait un travail d'analyse et de sensibilisation alors qu'elles participaient aux négociations des conférences organisées par les Nations Unies dans les années 90. Ces conférences, qui ont porté sur l'environnement, les droits de l'homme, la population, le développement social, les femmes, l'habitat, les enfants, le VIH/sida, les petits Etats insulaires, la sécurité alimentaire, le racisme, et l'examen de leurs retombées cinq et dix ans après ont été des occasions sans pareille de négocier un programme social progressiste de manière systématique et continue.

Mais au moment même où ce programme se définissait, le terrain de la politique économique mondiale était presque entièrement occupé par la pensée économique néolibérale, elle-même dominée par le consensus de Washington. L'interaction de ces deux types de force est précisément le thème de ce document. L'auteur traite aussi des répercussions qu'ont eues sur la justice sexuelle le passage à un ordre mondial unipolaire et, en particulier, l'avènement de l'ère néoconservatrice après l'ère néolibérale.

Les travaux réalisés par des féministes et d'autres intellectuelles et militantes à la suite des conférences des années 90 ont montré clairement que la sécurité des moyens d'existence et un environnement économique favorable sont des conditions importantes pour la satisfaction des besoins de santé gynécologique et génésique dans un système de santé bien rodé (Petchesky 2003). Cependant, certains des pays les plus assidus à défendre les droits en matière de sexualité et de procréation ont été aussi les plus intraitables dans les négociations économiques Sud-Nord. Ces tensions sont apparues au grand jour non seulement dans les conférences des Nations Unies elles-mêmes, en particulier au Caire et à Beijing, mais aussi dans les conférences d'examen tenues cinq ans plus tard. Malgré cela, il a été possible de réaliser des progrès considérables sur les droits et la santé en matière de procréation et de sexualité dans les années 90 parce que les fondamentalistes religieux n'avaient qu'un pouvoir limité sur l'Etat.

La situation a complètement changé pendant la période néoconservatrice, marquée, d'une part, par une tenue beaucoup plus ferme des principaux leviers de l'Etat par les fondamentalistes religieux et, de l'autre, par la montée de l'économie politique néo-conservatrice. On en a eu des preuves tangibles et multiples pendant la première décennie de ce siècle, lors des grandes conférences sur le VIH/sida, les enfants et la population, et à bien d'autres occasions. Ce document s'inspire d'une analyse de la phase antérieure pour tirer les conséquences qui s'imposent pour la situation actuelle, où les féministes et leurs alliés se battent pour conserver des acquis durement gagnés et aller de l'avant.

Gita Sen est professeure titulaire de la chaire Sir Ratan Tata et présidente du Centre des politiques publiques de l'Institut indien du management de Bangalore, Inde.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 1 Sep 2005
    ISSN: 92-9085-062-0
    From: UNRISD