1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Société civile et mouvements sociaux

Civil Society in United Nations Conferences: A literature Review



Cette revue de la littérature fait partie d’un projet plus large de l’Institut de recherche des Nations Unies pour le développement social (UNRISD) qui étudie les interactions entre la société civile et le système international de gouvernance. Plus précisément, le projet cherche à évaluer l’impact des divers sommets des Nations Unies sur la société civile aux niveaux local, national et mondial. Dans le cadre de ce projet, l’UNRISD a commandé des recherches dans plusieurs pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.

Constanza Tabbush examine ici la littérature consacrée au rôle de la société civile dans les conférences des Nations Unies, tente pour la première fois dans le cadre du projet de l’UNRISD de traiter des notions clés employées, évalue l’étendue de la littérature sur la participation de la société civile et relève certaines des lacunes que l’analyse pourrait utilement combler à l’avenir. Elle tient compte de trois différentes catégories de littérature i) pour traiter de la théorie de la société civile; ii) évaluer la participation de la société civile aux conférences mondiales; et iii) étudier le rôle de la société civile dans la gouvernance mondiale.

Les années 90 ont vu l’établissement de liens sans précédent entre la société civile mondiale et les conférences internationales. Celles-ci prenant une place importante dans la gouvernance mondiale, les militants internationaux en sont venus de plus en plus à voir en elles une occasion d’influer sur l’ordre du jour politique mondial. De son côté, la société civile est apparue aux yeux de nombreuses organisations internationales comme un partenaire valable, capable de renforcer leur légitimité et d’élargir leur public; c’est ainsi que le système des Nations Unies lui-même a encore encouragé la société civile à participer aux conférences mondiales.

Les études empiriques sur la participation de la société civile aux conférences mondiales tendent à laisser de côté les transformations et évolutions que subit la société civile lorsqu’elle entre dans le monde où s’élaborent les politiques internationales. Elles suivent généralement un modèle unidirectionnel: elles analysent l’influence de la société civile sur les résultats des conférences mais, malgré l’existence de certains indicateurs, ne s’interrogent généralement pas sur les effets que peut avoir cette participation sur la société civile elle-même. Dans ce document, C. Tabbush donne donc un aperçu de l’évolution qui s’est produite à l’intérieur de la société civile à la suite de la participation de celle-ci à la gouvernance mondiale. Elle propose que les recherches futures suivent un modèle centré sur l’interaction entre société civile et conférences de Nations Unies ou sur les effets que chacune a sur l’autre.

Cette revue de la littérature fait aussi apparaître la nécessité d’inclure systématiquement des considérations théoriques dans les études empiriques sur ce domaine, ce qui pourrait donner un soubassement plus solide à l’étude des conséquences de la participation de la société civile aux conférences des Nations Unies. Il faudrait reconnaître la multiplicité des sens que prend l’expression de “société civile” pour contester l’hypothèse selon laquelle sa participation serait toujours bénéfique. Constanza Tabbush examine divers concepts qui pourraient désigner acteurs étatiques et acteurs non étatiques, rend compte de débats essentiels sur la théorie de la société civile et approfondit les conséquences politiques et les effets empiriques qu’ils peuvent avoir sur la façon dont la société civile participe aux conférences mondiales.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 15 Aug 2005
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1020-8178
    From: UNRISD