1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Les répercussions sociales de la mondialisation

Gender Sensitivity of Well-Being Indicators



Le développement ne repose pas seulement sur la croissance économique mais aussi sur la réalisation d’objectifs sociaux comme l’égalité entre hommes et femmes. Les indicateurs capables de faire apparaître de manière fiable les différences de bien-être entre hommes et femmes sont essentiels à cette fin. L’auteur de cette étude examine d’un oeil critique la sensibilité des indicateurs de santé, de nutrition et d’éducation et de certains indices composites aux disparités entre hommes et femmes pour ce qui est des pays en développement. Il se penche aussi brièvement sur la relation entre pauvreté et disparités entre hommes et femmes dans ces indicateurs classiques. Toutefois, la question importante des processus sociaux entraînant ces disparités dépasse le cadre de cette étude.

Celle-ci évalue les indicateurs en les replaçant dans le cadre analytique des “fonctionnements”. Dans ce cadre, ce n’est pas la possession des marchandises ou l’utilité qu’elles ont pour la personne qui fait office de bien-être mais plutôt ce que la personne réussit à faire des biens et leurs caractéristiques. Les résultats de l’étude sont exposés ci-dessous.

Indicateurs de santé: L’évaluation porte sur des indicateurs de mortalité différentielle et de morbidité différentielle. Les indicateurs de mortalité (par exemple l’espérance de vie et les taux de mortalité par groupe d’âge) sont facilement mesurables et relativement économiques par rapport à d’autres indicateurs sociaux. La fiabilité de certains d’entre eux, par exemple l’espérance de vie, est cependant contestable car elle peut masquer des écarts entre hommes et femmes dans des groupes d’âge donnés. Parmi les indicateurs spécifiques à certains groupes d’âge, les pourcentages filles-garçons (détaillés en particulier en deux groupes, les enfants de 0 à 4 ans et ceux de 5 à 9 ans) semblent être sensibles aux disparités entre les sexes et des plus révélateurs. L’analyse a été faite pour l’Inde et vaut la peine d’être réalisée dans d’autres pays en développement. S’agissant de la morbidité, il est difficile d’élaborer des indicateurs fiables à cause du manque de fiabilité des données elles-mêmes.

Indicateurs de nutrition: Pour les besoins de l’analyse, les indicateurs sont divisés en deux groupes: les indicateurs de l’apport alimentaire et ceux des résultats de l’alimentation. Toutefois, les mesures tant de l’apport alimentaire que des résultats de l’alimentation pâtissent d’un certain nombre de problèmes de méthodologie et d’interprétation qui rendent difficile l’élaboration d’indicateurs fiables.

Indicateurs d’éducation: Là aussi, les indicateurs sont répartis en deux grands groupes: les indicateurs de l’accès (qui comprennent les variables de stocks comme l’alphabétisation des adultes et le nombre moyen des années de scolarité pour les personnes âgées de 25 ans et plus, et les variables de flux comme les taux d’inscription dans les écoles et d’abandons d scolarité) et les indicateurs du contenu et des objectifs. Les indicateurs de l’accès semblent avoir le mérite de faire ressortir les disparités entre les sexes dans l’enseignement primaire, secondaire et tertiaire. Dans les pays en développement où la population compte une forte proportion de jeunes, les variables de flux livrent des informations plus fiables et plus actuelles que les variables de stock. Si les recherches effectuées au niveau mondial laissent à penser que les taux d’inscription dans les écoles sont des indicateurs fiables des écarts entre filles et garçons, il faut des recherches au micro-niveau pour juger de la fiabilité des taux d’inscription en les comparant aux taux d’abandon et de redoublement. Les pays où l’enseignement primaire est universel pourraient se servir d’indicateurs de l’accès à 1’enseignement secondaire. Les indicateurs du contenu et des objectifs comme l’indice de ségrégation sexuelle peut servir à évaluer les écarts entre filles et garçons dans les secteurs de l’éducation.

Evaluation composite: Le fait d’analyser des fonctionnements un à un comme on vient de le faire peut cependant donner une fausse impression d’égalité alors qu’il existe une inégalité dans d’autres fonctionnements (par exemple en Afrique subsaharienne, certains pays peuvent avoir à peu près le même pourcentage de filles que de garçons mais accuser des différences marquées dans les taux d’inscription dans les écoles). Comme il est manifeste que l’ensemble des indicateurs d’un déséquilibre ne génèrent pas un seul ni même plusieurs indicateurs fiables, pour obtenir une image fidèle des disparités entre les sexes aux niveaux national et sous-national, il peut être nécessaire d’avoir une liste de contrôle où figurent tous les indicateurs de l’inégalité sexuelle dans les différents fonctionnements et de les analyser systématiquement un par un.

Si de nombreux arguments plaident en faveur d’une approche multidimensionnelle de l’évaluation, la tendance actuelle qui consiste à comprimer des éléments multiples d’un vecteur de fonctionnement pour en faire des indices composites soulève d’autres questions. Il faut bien porter des jugements de valeur sur les éléments à inclure ou à exclure (en fonction de l’emploi qu’on entend faire de l’indice) et sur les coefficients de pondération à leur attribuer. Il faut aussi les justifier. Mais des indicateurs composites élaborés avec des objectifs précis en tête peuvent être utiles et se sont révélés précieux dans les comparaisons préliminaires des analyses mondiales. Les indices composites dont on dispose actuellement (par exemple l’indicateur sexospécifique du développement humain ou ISDH et l’indice de la qualité de vie physique) peuvent nécessiter des adaptations si l’on doit s’en servir pour comparer les disparités entre hommes et femmes à l’intérieur d’un même pays en développement ou entre plusieurs de ces pays. Les indicateurs utilisés devront tenir compte de la jeunesse de la population. Par exemple en ce qui concerne 1’ISDH, il peut être judicieux d’utiliser les pourcentages que représentent les populations féminine et masculine détaillés par groupe d’âge précis (pour les enfants de moins de 10 ans) plutôt que l’espérance de vie et d’attribuer à l’élément “taux moyen d’inscription” de l’indicateur d’éducation un coefficient de pondération supérieur à celui qui est attribué à l’élément “alphabétisation des adultes”. En outre, l’élément “revenus” de 1’ISDH, s’il est normalisé en fonction des qualifications et complété par un indicateur “travail pénible”, pourrait fournir des informations sur les disparités entre les sexes allant au-delà de celles que livrent les composantes des fonctionnements.

Relations entre disparités entre les sexes et pauvreté: En ce qui concerne les relations entre la pauvreté et les écarts entre hommes et femmes, les quelques éléments réunis portent à croire qu’il n’y a pas nécessairement corrélation entre les écarts mis en évidence par les indicateurs des fonctionnements et ceux observés dans les indicateurs de richesse. A l’exception du déséquilibre entre filles et garçons en matière d’éducation, il n’est pas sûr que les inégalités entre hommes et femmes soient universellement plus marquées dans les catégories à faible revenu. Nous avons brièvement examiné les indicateurs de richesse, le plus souvent sous la forme de la pauvreté des revenus, mais il est très probable que la propriété révélerait la même absence de déterminisme dans les rapports entre pauvreté et inégalités sexuelles.

Sur le plan des politiques, que faut-il retenir de tout cela? Premièrement qu’il importe de recueillir dans les recensements nationaux des données se rapportant aux indicateurs sensibles aux disparités entre hommes et femmes (en particulier aux indicateurs existants reconnus utiles dans cette étude, ainsi qu’au paramètre du temps) et deuxièmement, des données détaillées par sexe et par niveau de revenu. Cependant, les responsables politiques ont besoin de recherches qui les renseignent sur les processus sociaux générateurs de disparités entre hommes et femmes (elles sont généralement effectuées au micro-niveau) afin de pouvoir utiliser les indicateurs de manière plus efficace.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 1 Sep 1998
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1012-6511
    From: UNRISD