1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Démocratie, gouvernance et conditions de vie

Decentralization Policies and Practices under Structural Adjustment and Democratization in Africa



Pour diverses raisons—historiques, politiques et économiques—les gouvernements des pays en développement sont généralement plus centralisés que ceux des pays industrialisés. Dans les années 90, cependant, plusieurs facteurs ont amené les gouvernements nationaux et les institutions internationales de développement à s’intéresser de nouveau au pouvoir local dans les pays en développement. Ces facteurs étaient notamment la mondialisation, la crise économique et l’ajustement structurel, la démocratisation et des forces locales et internes telles que l’urbanisation rapide, l’affirmation des identités ethniques, etc.
    Bien qu’il se réfère à l’occasion à d’autres pays en développement, l’auteur axe son étude sur les pays d’Afrique afin de faciliter le développement du sujet. Si les rapports entre ajustement et démocratisation et l’institutionnalisation du pouvoir local en Amérique latine et dans les pays d’Europe de l’Est ont fait l’objet de recherches et d’analyses systématiques, les analyses des politiques de décentralisation menées dans les pays d’Afrique sont restées sommaires.
      Les politiques et programmes de décentralisation en Afrique ont été conçus plus souvent à partir d’arguments idéologiques (exaltant la suprématie du parti, de l’Etat ou du marché) que de l’analyse de la réalité. Cette situation a été encore aggravée par l’indigence des informations disponibles sur les questions de l’économie politique locale, ce qui peut aussi expliquer pourquoi les évaluations des programmes de décentralisation exécutés dans des pays d’Afrique ont généralement abouti à des conclusions négatives, à quelques rares exceptions près.

      L’auteur aborde la décentralisation comme un processus complexe, relatif et multidimensionnel. Il:

      Met en lumière les motivations et dilemmes des récentes politiques de décentralisation;
      Donne une vue d’ensemble des politiques et pratiques de la décentralisation en Afrique depuis 1945 en s’attardant davantage sur les deux dernières périodes, celles de l’ajustement structurel et de la libéralisation;
      Evalue les politiques de décentralisation des années 80 et 90, qui s’inscrivent dans le cadre de l’ajustement structurel et de la démocratisation, et
      Propose une grille d’analyse pour les politiques et programmes de décentralisation des pays en développement et, à partir de là, des moyens d’améliorer la définition et l’application des politiques de décentralisation.

      Bien que les politiques de décentralisation de certains pays d’Afrique présentent des orientations radicalement nouvelles, l’auteur juge inquiétants certains aspects des expériences tentées. Premièrement, peu de pays ont été capables d’autoriser à la fois la concurrence entre partis politiques et la décentralisation démocratique. Bien des pays semblent s’intéresser à une décentralisation démocratique dans le cadre, en fait, d’un Etat à parti unique.

      Deuxièmement, un développement inégal des capacités institutionnelles et de l’équipement entre régions et communautés a rendu la décentralisation asymétrique, ce qui risque encore d’accentuer les inégalités.

      Troisièmement, les politiques de décentralisation tendent à insister sur les transferts verticaux du pouvoir et des ressources du gouvernement central aux pouvoirs locaux à un moment où le premier souffre d’une grave pénurie de ressources. De plus, dans certains cas, le fait de doter les administrations régionales et locales d’importantes ressources risque de décourager l’exploration de sources de revenus locales.

      Quatrièmement, il reste nécessaire de renforcer les mécanismes classiques de représentation en faisant appel à d’autres formes de participation telles que le rappel, le référendum, les médiateurs locaux, les enquêtes sur la fourniture des services et l’établissement participatif des budgets que pratiquent certaines villes d’Amérique latine et d’Afrique australe.

      L’auteur conclut que résoudre ces problèmes prendra du temps et demandera de l’énergie, de la volonté et de l’imagination. Deux optiques stratégiques pourraient se révéler utiles. D’abord, la décentralisation démocratique devrait être conçue de manière évolutive, et non comme un événement en soi. Ensuite, les Etats d’Afrique doivent élargir le cercle des institutions actuellement mises à contribution et l’étendre à des organisations non gouvernementales telles que des organisations religieuses et communautaires qui sont pour la plupart tenues à l’écart de la décentralisation démocratique et pourraient devenir des acteurs importants.
      • Publication and ordering details
      • Pub. Date: 1 Jul 2001
        Pub. Place: Geneva
        ISSN: 1020-8186
        From: UNRISD