1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Société civile et mouvements sociaux

Civil Society and Social Movements: The Dynamics of Intersectoral Alliances and Urban-Rural Linkages in Latin America



L’étude du développement s’est toujours accompagnée d’un débat sur ses moteurs, les conditions qui le favorisent ou l’inhibent, les obstacles à sa réalisation et les agents les plus propres à le produire. Au centre de ce débat se trouvent des questions de structure et d’“agence”. Dans quelle mesure et dans quelles conditions la pauvreté et le sous-développement sont-ils ancrés dans les pratiques ou structures des institutions ou du système économique et social dominant? Quels sont les agents et stratégies les plus propres à entraîner les changements de structure et les améliorations des conditions qui constituent le développement? Au fil des années, ces questions, entre autres, ont été soulevées et étudiées avec de nombreuses permutations dans des contextes différents et en évolution, tout récemment encore à propos du rôle de la société civile et des mouvements sociaux.

Ce document vise à apporter quelque lumière sur ces questions en se référant à l’évolution de la situation en Amérique latine—évolution que l’on retrouve ailleurs aussi dans le monde en développement. La Ière partie est consacrée aux divers sens donnés à l’expression de “société civile”, qui est au centre du discours actuel sur la théorie et la pratique du développement. La IIème partie passe en revue les études disponibles sur la macro- et la méso-dynamique des mouvements so-ciaux urbains en Amérique latine. Dans sa IIIème partie, l’auteur examine de plus près le rôle des citadins pauvres dans ces mouvements, en particulier dans les conditions qui régnaient dans les années 80. Dans sa IVème partie, il explore brièvement le rôle du gouvernement et de l’Etat dans le processus de développement, de même que celui des classes moyennes de la société latino-américaine. Dans sa Vème partie, il aborde les luttes et mouvements sociaux des travailleurs organisés et, dans la VIème, étudie la théorie du développement en débattant brièvement de la lutte contre la pauvreté rurale, abordée sous l’angle de la création de moyens d’existence durables. Dans la VIIème partie, il se réfère à une autre façon d’aborder le développement et l’applique en étudiant la dynamique des luttes sociopolitiques liées aux mouvements paysans qui, selon l’auteur, apparaissent dans le contexte régional actuel comme les forces les plus dynamiques de change-ment social. La VIIIème partie s’intéresse aux relations intra- et intersectorielles et aux alliances stratégiques dans la constitution d’un mouvement populaire de résistance au système en place. Henry Velt-meyer juge ces relations essentielles pour le dynamisme de la future société civile et pour la co-ordination des diverses luttes menées dans un but de changement social et de développement.

Dans sa conclusion, Veltmeyer distingue deux modalités de changement et de développement, toutes deux contraires au modèle économique récent (et dominant) du développement capitaliste néolibéral et à son projet de “mondialisation”. L’une d’elles a trait au dynamisme politique des mouvements sociaux en Amérique latine, et l’autre à la recherche, omniprésente dans la région, d’un “autre développement”, développement qui part de l’intérieur et de la base plutôt que l’extérieur et du sommet. En dépit (ou peut-être à cause) de son orientation réformiste (et de sa volonté de modérer les effets néfastes du développement capitaliste néolibéral et des politiques qu’il inspire), l’auteur fait valoir que c’est en créant des moyens d’existence durables que l’on a les meilleures chances d’améliorer la qualité de la vie des pauvres des campagnes, c’est-à-dire d’apporter une solution théorique et pratique aux problèmes de la pauvreté, de l’exclusion sociale et du sous-développement.

Henry Veltmeyer est professeur de sociologie et d’études internationales du développement à l’Université St. Mary d’Halifax, Canada. Ce rapport a été préparé dans le cadre du projet de l’Institut sur les Stratégies et mouvements de la société civile pour la redistribution des ressour-ces et pour l’amélioration des conditions de vie rurale. Ce projet, mené entre 2000 et 2003, était dirigé par K.B. Ghimire avec l’aide d’Anita Tombez.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 1 Oct 2004
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1020-8208
    From: UNRISD