1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Genre et développement, Evénements spéciaux

Gender Dimensions of Viet Nam's Comprehensive Macroeconomic and Structural Reform Policies



Si l'on se place du point de vue du genre, le Viet Nam est un cas intéressant parce que, aux yeux de beaucoup, la mondialisation lui a réussi et que, historiquement la condition sociale et politique des femmes y a été meilleure que dans beaucoup d'autres pays en développement. En même temps, il y a la crainte que la condition féminine puisse se dégrader pendant la transition rapide du pays à l'économie de marché. Il est donc intéressant d'examiner les rapports entre égalité des sexes et performance économique et d'étudier dans quel sens la situation des femmes a évolué à un moment où les réformes macroéconomiques et structurelles sont estimées avoir été bénéfiques pour l'ensemble de la société. L'expérience récente de la réforme au Viet Nam est particulièrement instructive parce qu'elle aide à dégager les conditions préalables à remplir pour que les femmes bénéficient de ces réformes.

Comme dans d'autres pays d'Asie qui connaissent une croissance rapide, la forte croissance s'est accompagnée au Viet Nam d'une aggravation des inégalités entre les sexes et des disparités de revenu. Les responsables politiques sont d'autant plus attentifs à ce phénomène d'aggravation que le pays entre dans une nouvelle phase de développement qui va de pair avec une accélération de la mondialisation. Les ménages pauvres des régions rurales et reculées qui résistent mal aux chocs extérieurs (et dont beaucoup sont dirigés par des femmes élevant seules leurs enfants), sont les plus menacés.

L'auteur de ce document s'efforce de faire mieux comprendre quelles politiques macroéconomiques sont le plus favorables aux femmes, en analysant les liens entre réforme, égalité des sexes, développement économique et condition féminine tels qu'ils se sont manifestés au Viet Nam pendant les années 90, à l'époque où le gouvernement procédait à des réformes ambitieuses et profondes. Par une approche à la fois descriptive, narrative et quantitative, il explique comment les politiques macroéconomiques et mesures de libéralisation des marchés, bien qu'en intention indifférentes au sexe, peuvent donner lieu à des résultats différenciés selon le sexe, du fait de divers facteurs sous-jacents et connexes: attitudes et conventions sociales empreintes de valeurs patriarcales, caractéristiques et structure de la ségrégation professionnelle et écarts de rémunération entre hommes et femmes, disparité entre les niveaux d'instruction des hommes et des femmes et législation du travail ayant pour effet de creuser les différences de productivité entre hommes et femmes.

La principale conclusion de cette étude est celle-ci: la stabilisation macroéconomique et la politique de libéralisation maîtrisée adoptée à l'égard de l'étranger par le gouvernement, qui a opté pour le modèle de “l'Etat développemental”, ont entraîné, en général, une amélioration de la condition féminine au Viet Nam. La réforme Doi Moi a été utile parce que les mesures choisies convenaient à la situation particulière du Viet Nam. Les femmes, dans l'ensemble, ont vu leur sort s'améliorer à la suite de ces réformes, mais les gains sont inégalement répartis entre tranches de revenu, régions et groupes ethniques. Les résultats, différenciés par sexe, d'une enquête menée auprès de ménages et d'entreprises forment un tableau contrasté. Les réformes ont profité aux citadines membres de l'ethnie dominante, du fait de leur position relativement élevée dans la société et leur meilleur accès aux ressources économiques. Les femmes qui vivent dans les campagnes et les régions reculées ou qui sont membres de minorités ethniques ont souvent une position inférieure dans la société, et ce sont elles qui ont le moins bénéficié des réformes.

Les aspects négatifs des réformes méritent d'être mentionnés. Bien qu'en intention elles aient été indifférentes au sexe, les caractéristiques de la ségrégation horizontale et de la ségrégation professionnelle au Viet Nam, qui tiennent à la culture, ont donné lieu à une différenciation des résultats selon le sexe et à une stratification sociale accrue. De plus, les femmes ont été les plus durement touchées par les mesures déflationnistes de rigueur budgétaire et de réduction des effectifs du secteur public (prises au début des réformes). A mesure que la mondialisation s'accélère au Viet Nam, la transformation prévue de la structure de la propriété se répercutera sur l'évolution des écarts de rémunération entre hommes et femmes. Les parts du secteur bénéficiant d'investissements étrangers directs (IED) et du secteur privé dans la production devraient augmenter aux dépens de celle des entreprises publiques. Vu la discrimination salariale qui s'exerce actuellement envers les femmes dans le secteur privé et le secteur bénéficiant d'IED, le gouvernement devra non seulement prendre des mesures pour accroître la concurrence dans les secteurs à hauts salaires de l'économie et user de fermeté pour les faire appliquer, mais aussi renforcer les lois contre la discrimination sexuelle pour éviter que les écarts de rémunération entre hommes et femmes ne se creusent avec le développement du secteur privé, ce qui, sinon, risque fort de se produire.

La section 1 de ce document donne un aperçu général des principaux enjeux et des effets des réformes et de la transition à l'économie de marché sur les hommes et les femmes au Viet Nam. Pour faire comprendre dans leur contexte les disparités entre les sexes qui en ont résulté, la section 2 présente des données de base ventilées par sexe, qui touchent à la situation socio-économique, à la santé et à l'éducation, et expose dans les grandes lignes la condition des femmes au Viet Nam, notamment leur statut juridique. La section 3 retrace les principaux épisodes de l'histoire politique récente du Viet Nam (marqués par la situation économique et des trains de mesures assez homogènes), et analyse les dimensions sexospécifiques des principales mesures de réforme. La section 4 conclut en tirant les leçons des politiques menées, en indiquant des pistes de recherche futures sur les politiques et en recommandant des mesures propres à permettre aux femmes d'améliorer leur condition économique et sociale.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 15 Feb 2006
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 92-9085-067-1
    From: UNRISD