1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back

Methodological and Data Challenges to Identifying the Impacts of Globalization and Liberalization on Inequality

  • Auteur(s): Albert Berry
  • Document no.: 5
  • Code: PP-OC-5
  • No. de pages: 54


La mondialisation (degré croissant d’interpénétration économique entre les pays) et la libéralisation (moindre intervention des gouvernements sur les marchés, en partie pour régler les échanges internationaux mais aussi dans d’autres domaines) sont deux des caractéristiques des deux dernières décennies. Toutes deux ont donné lieu à une vive controverse, les avis allant des plus optimistes aux plus sceptiques. Dans cette étude, Albert Berry examine les éléments recueillis sur la façon dont les deux tendances ont affecté l’inégalité (et, par là, la pauvreté) au niveau mondial et à l’intérieur des pays. L’absence notable de consensus sur ces effets traduit à la fois l’indigence d’informations quantitatives satisfaisantes, la difficulté d’analyser les liens de cause à effet entre les phénomènes et le manque d’analyses sur ces sujets. Ces faiblesses, conjuguées aux préjugés bien ancrés de nombreux défenseurs et détracteurs de la mondialisation et de la libéralisation (M&L), sont à l’origine de la médiocrité de bien des analyses et de l’extrême diversité des points de vue. Presque toutes les recommandations claires faites en matière de politiques au cours des 20 dernières années ont reposé sur des analyses qui étaient, au pire, faibles et, au mieux, avaient besoin d’être considérablement affinées.

L’analyse, faite par des groupes différents et des organisations différentes, en particulier au début de cette phase de développement, avait tendance à aboutir à des conclusions systématiquement différentes. Dans les grandes lignes, disons que, dans les milieux des Nations Unies, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale étaient enclins à voir dans la M&L des phénomènes souhaitables, à encourager (ce qu’ils ne se sont pas privés de faire), alors que les autres institutions des Nations Unies étaient moins enthousiastes. Les récents travaux de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes ont été parmi les plus équilibrés et ont atteint une qualité rarement égalée jusqu’à présent.

Pour la période de 1980 à nos jours, qui correspond en gros à l’ère nouvelle de la mondialisation et à une vague de libéralisation, certaines conclusions sur l’évolution de l’inégalité et de la pauvreté semblent plus ou moins sujettes à caution. D’abord, cette période, et surtout les années 90, s’est caractérisée par une tendance à une distribution de plus en plus inégale des revenus entre les personnes à l’intérieur d’un même pays. Deuxièmement, malgré cette tendance à l’intérieur des pays, la distribution des revenus entre personnes a été relativement stable au niveau mondial (comme c’est le cas pour le dernier demi-siècle, en fait), et a sans doute légèrement reculé. Troisièmement, comme la croissance des revenus moyens pour les déciles les plus pauvres de la distribution mondiale a été sensible, les niveaux de pauvreté ont continué à baisser, bien que l’amélioration de cette variable ait été faible dans les années 90 lorsqu’on utilise un seuil de pauvreté bas (par exemple 500 dollars E.-U. de 1985, ou moins). Le constat surprenant d’une atténuation des inégalités mondiales coïncidant avec une tendance générale au creusement des inégalités à l’intérieur des pays s’explique par la forte croissance des deux pays à bas revenu les plus peuplés du monde, la Chine et l’Inde. Si l’on exclut ces deux pays, les inégalités se sont nettement creusées au niveau mondial et la pauvreté n’a pas reculé. Autres aspects inquiétants: les résultats des années 90 sont moins bons que ceux des années 80, et l’Afrique subsaharienne, où se concentrent de plus en plus les pauvres du monde, continue à avoir une croissance lente.

L’analyse des liens possibles entre la mondialisation, la libéralisation et l’inégalité/ou la pauvreté est encore beaucoup trop limitée pour que l’on puisse se fier à ses conclusions. Elle est plus avancée pour l’Amérique latine que pour d’autres régions. Les effets moyens probables de la M&L sur l’inégalité à l’intérieur des pays vont de légèrement à fortement négatifs à terme court à moyen. Aucune étude n’a vraiment fait la lumière sur les répercussions à long terme des réformes récentes allant dans le sens de la libéralisation et de la vague actuelle de mondialisation. Il faudrait multiplier de nombreuses fois les recherches menées jusqu’à présent pour obtenir des interprétations fiables de ces liens.

Si les effets de la M&L sur l’inégalité et la pauvreté restent incertains, il serait raisonnable de n’attribuer à ces phénomènes aucune contribution marquante, ni dans le bon sens ni dans le mauvais, bien que certains pays en ressentent probablement les effets beaucoup plus que d’autres. Ces dernières décennies, la croissance du revenu par habitant dans les pays à faible revenu a été le principal déterminant de l’évolution de l’inégalité et de la pauvreté dans le monde; il se pourrait donc que les effets les plus importants de la M&L aient porté sur les taux de croissance de ces pays. Si la mondialisation et la libéralisation ont contribué à faire sensiblement reculer la pauvreté dans le monde, c’est uniquement, selon toutes probabilités, parce qu’elles auront eu un impact positif sur la croissance en Chine et en Inde, ce qui demande que les expériences des deux pays soient soumises à une analyse approfondie.

Les effets futurs de la M&L pourraient être plus ou moins positifs que ceux du passé. Il se peut que la “convergence” à laquelle devrait donner lieu la mondialisation, souvent avancée comme postulat, se produise finalement. Les raisons qui incitent à douter qu’elle s’amorce rapidement sont actuellement double: d’abord la triste situation économique de l’Afrique subsaharienne et l’observation souvent faite (en Amérique latine en particulier) que la mondialisation a creusé l’écart, en matière de technologie et de productivité, entre ceux qui évoluent sur les marchés mondiaux et tous les autres, sans augmenter la part des emplois des premiers.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 3 Oct 2005
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1020-816X
    From: UNRISD