1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Politique sociale et développement

The Implications of Migration for Gender and Care Regimes in the South



Au cours de la dernière décennie, les politiques publiques et sociales se sont beaucoup intéressées aux questions du financement et de la prestation des soins et de l’assistance aux personnes. La domination quasi universelle des femmes dans le secteur des soins non rémunérés, le nombre croissant des femmes salariées et la moindre disponibilité qui en résulte pour les tâches de soins et d’assistance aux personnes ont eu pour effet de créer des emplois pour d’autres femmes. Des femmes ont émigré dans d’autres régions du monde pour assumer ces tâches, ce qui a laissé un vide dans leurs propres foyers et suscité ainsi de nouvelles migrations. Pourtant, la littérature consacrée aux soins et à l’assistance aux personnes s’est en grande partie bornée à analyser les activités, concepts et modèles du Nord. Il en est résulté des omissions et des carences dans la connaissance des domaines de la migration, de la main-d’œuvre féminine et des régimes de soins et d’assistance aux personnes, en particulier au Sud. Les migrations n’ont pas lieu seulement du Sud vers le Nord, mais aussi entre pays voisins du Sud, où les niveaux de revenu ne sont pas forcément très différents, et surtout à destination de certains pôles d’immigration dans des pays à revenu intermédiaire comme l’Argentine, la Jordanie, la Malaisie et certaines régions d’Europe de l’Est. La migration interne peut aussi tenir une place importante dans les flux migratoires. Quelles que soient les raisons et la destination de la migration, la mobilité des femmes a obligé à réorganiser les soins et l’assistance aux personnes dans les pays d’émigration. Ce document traite de la migration, des soins et de l’assistance aux personnes au Sud et met au jour certaines questions dont il faut tenir compte pour témoigner des réalités locales dans les débats sur les soins et l’assistance aux personnes au Sud.

La notion de soins et d’assistance aux personnes voyage mal d’un contexte à l’autre. Une grande partie de la littérature fait une distinction entre les soins de santé et l’assistance sociale officiels, d’une part, et les soins et l’assistance dispensés dans les ménages. Si l’organisation des soins de santé a une longue histoire, l’assistance sociale est beaucoup plus limitée à des régimes sociaux et politiques particuliers. La manière dont ces formes de soins et d’assistance sont dispensées dans la pratique tient aussi à l’histoire, aux arrangements au sein des ménages, aux responsabilités et aux droits dans la famille et aux dispositions prises dans les collectivités locales à travers le Sud. Il faut donc mettre en évidence les pratiques réelles en matière de soins, de ceux qui les dispensent comme de ceux qui les reçoivent, ainsi que les différentes dispositions institutionnelles et spatiales prises par l’Etat, le secteur public, la collectivité locale et les ménages, qui influencent la fourniture des soins, pour comprendre les conséquences sociales de la migration pour le genre et les soins. Ces divers arrangements, qui ont été théorisés par la notion de “carré des soins”, sont multiformes et dynamiques, de sorte que la nature des relations entre les quatre angles du carré varie selon les régions et avec le temps. Ce document approfondit ces questions en ce qui concerne le Sud.

La notion de plus en plus populaire de chaînes mondiales des soins est une façon de théoriser simultanément les liens entre le Sud et le Nord. Cependant, la plus grande partie des travaux sur cette question ne démêlent pas les différentes chaînes créées par les mouvements migratoires ni leurs conséquences pour le genre et les régimes de soins au Sud. Ce document met en lumière la complexité des chaînes de soins et la nécessité de tenir compte des structures familiales, de la diversité des secteurs et des niveaux de compétence, y compris de la migration de travailleurs qualifiés, souvent omise dans ces études, du rôle de l’Etat et des lois sur l’immigration, de la part prise par les collectivités locales et des fonds envoyés par les migrants dans leurs pays d’origine. De plus, non seulement les ménages, les collectivités locales, les marchés et les Etats interviennent dans les soins mais introduisent chaque fois des qualités différentes dans les rapports sociaux entre ceux qui les dispensent et ceux qui les reçoivent. Ces qualités sont inhérentes à l’éthique des soins. Se fondant sur la littérature qui traite de cette éthique, ce document fait valoir que les qualités intrinsèques et affectives des soins doivent aussi être reconnues. Elles ne devraient pas être considérées comme essentiellement féminines mais étendues à l’organisation sociale de la production et de la reproduction à l’échelle mondiale.

En résumé, les auteurs de ce document examinent les conséquences de la migration sur les rapports sociaux entre hommes et femmes et les dispositions prises en matière de soins et d’assistance dans le Sud, en se servant en particulier de la notion de carré des soins et de l’interaction entre ses dimensions spatiales et institutionnelles. Elles explorent certains des aspects sur lesquels le carré des soins a besoin d’être spécifié et modéré dans le contexte du Sud. Elles analysent aussi l’applicabilité de concepts tels que ceux de chaînes mondiales des soins et d’éthique des soins à la migration dans les pays du Sud. Enfin, elles explicitent, pour les responsables politiques, les conséquences à tirer des besoins des familles et des ménages de migrants en matière de soins dans différentes régions. L’importance de la migration comme tampon et source de main-d’œuvre peu coûteuse pour le secteur des soins a trop souvent conduit les Etats à négliger l’importance économique et sociale des soins et de l’assistance aux personnes; les auteurs de ce document plaident pour un meilleur équilibre entre les deux.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 14 Jul 2009
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1020-8208
    From: UNRISD