1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Genre et développement, Evénements spéciaux

Gendered Spaces in Party Politics in Southern Africa: Progress and Regress since Beijing 1995



Ce document, écrit à titre de contribution à l’examen des progrès accomplis sur la voie de l’égalité des sexes depuis la Conférence de Beijing de 1995, se rapporte spécifiquement à l’Afrique australe. L’auteur reconnaît que, dans le contexte africain, un examen de cette nature amène nécessairement à se demander si les institutions et procédures de responsabilisation du gouvernement, rétablies dans les années 90 dans la plupart des pays d’Afrique, prennent suffisamment racine pour que les engagements officiels d’améliorer la qualité de la vie de l’une ou l’autre catégorie de citoyens puissent être effectivement honorés. Pour dresser ce bilan, elle s’intéresse surtout aux partis politiques, à la fois comme instruments possibles et comme lieux de négociation du pouvoir, dans un contexte historique où ils ont aussi été des instruments de coercition et d’exclusion. Ils ont ainsi incarné la tension, comme produits de la répression d’une part, et, d'autre part, comme symboles d’une percée vers un avenir porteur, pour les citoyens africains, de la promesse de libertés et de droits démocratiques et d’une amélioration de leur condition matérielle.

L’examen des progrès accomplis en Afrique australe sur la voie de l’égalité des sexes ne peut donc pas porter uniquement sur le degré actuel de représentation des femmes dans la prise de décision. L'amélioration du statut de la femme est inséparable du processus de reconstruction des institutions et du rétablissement des pratiques démocratiques. Le document part du postulat que la nature, la forme et le contenu des institutions mises en place portent la marque directe des luttes du peuple ou des groupes en présence. La question est alors de savoir comment l'histoire des pays de l'Afrique australe et les luttes qui y ont été menées ont défini et continuent à façonner les institutions, les modes du partage du pouvoir politique et la représentation des femmes.

L'auteur étudie plus précisément ici ce que la lutte des femmes pour la conquête de leur espace politique a ajouté au processus de démocratisation et à la reconstitution des partis politiques en Afrique australe. Elle a regroupé les pays de l'Afrique australe en diverses catégories selon certaines similitudes historiques, afin d'examiner l'influence de l'histoire et les obstacles que les femmes et d'autres organisations ont dû surmonter lors du choix des institutions politiques et de la négociation du pouvoir politique. Elle a ainsi distingué:

* les pays qui ont conservé le multipartisme après les années 60 (le Botswana et Maurice),
* les pays qui ont remplacé un système multipartite par un régime à parti unique peu après l'indépendance et n'ont rétabli le multipartisme que dans les années 90 (le Lesotho, le Malawi, le Mozambique, les Seychelles, la République-Unie de Tanzanie et la Zambie),
* les pays qui ont été les derniers à étendre le suffrage universel à tous les groupes raciaux (la Namibie et l'Afrique du Sud),
* les pays qui ont régressé dès l'indépendance ou dans l'intervalle et n'ont pas encore adopté des systèmes politiques multipartites pacifiques (l'Angola, le Swaziland, la République démocratique du Congo (RDC) et le Zimbabwe).

  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 9 Feb 2006
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 92-9085-066-3
    From: UNRISD