1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Société civile et mouvements sociaux

The Social Bases of the Global Justice Movement: Some Theoretical Reflections and Empirical Evidence from the First European Social Forum



Les questions touchant à la base sociale de l’aide ont refait surface dans le débat des sciences sociales sur les mouvements sociaux mondiaux contemporains, à cause de l’hétérogénéité apparente des origines sociales des contestataires qui font campagne sur des questions telles que l’allégement de la dette, les règles et barrières du commerce international, la fiscalité mondiale, le commerce équitable et la paix. Pendant les années 90, politologues et sociologues s’attendaient à ce que la fragmentation sociale post-fordienne et l’individualisation postmoderne réduisent les possibilités d’action collective. Or, on s’est aperçu depuis Seattle que, même si les formes et stratégies sont différentes de celles du passé, les mouvements sociaux ne se sont pas seulement remobilisés mais sont une fois de plus descendus “dans la rue”. Comment une telle chose a-t-elle été possible? Et qui sont ces nouveaux militants “cosmopolites”? Quelle est leur origine sociale et quelle est leur mode de socialisation politique?

Ce document traite des principales hypothèses avancées dans les recherches des sciences sociales sur la base des mouvements sociaux—en distinguant en particulier les hypothèses de la “centralité sociale”, de l’identité collective, des clivages sociaux et du conflit de classes—et montre l’intérêt de ces questions pour les recherches sur la contestation contemporaine, en particulier sur les mouvements réclamant plus de justice dans le monde. L’auteur examine ces hypothèses en se servant principalement—mais pas uniquement—de données provenant d’une étude faite par des militants faisant campagne pour l’allégement de la dette et le commerce équitable, du mouvement en faveur du changement des règles et des barrières du commerce international et des initiatives tendant à une fiscalité mondiale, qui ont participé au Forum social européen (FSE) de Florence (Italie) en novembre 2002. Les interviews permettent d’enquêter sur l’origine sociale des partisans et sympathisants des diverses initiatives qui ont convergé pour former le mouvement dit de la justice dans le monde, et de se renseigner en particulier sur leur groupe d’âge, leur répartition par sexe, le rôle des “nouvelles classes moyennes” et de la classe ouvrière dans les mouvements contestataires de formation récente, ainsi que sur la participation des groupes religieux et des partis politiques.

Les données indiquent que l’hypothèse selon laquelle la “centralité sociale” des ressources individuelles accentue la propension à la mobilisation n’est que partiellement utile pour déterminer l’origine sociale des militants, puisque, selon le profil qui s’est dégagé, il y avait parmi eux non seulement des militants instruits, issus dans leur grande majorité de la classe moyenne, mais aussi un grand nombre d’ouvriers. De plus, les hommes et les groupes d’âge mûr n’étaient pas surreprésentés par rapport au reste de la population. Selon une deuxième hypothèse qui souligne le développement de militants “de carrière”, l’origine sociale des militants est liée à leur participation à des mouvements contestataires antérieurs et aux groupes de la société civile qui se sont développés à partir de ces contestations—par exemple, les étudiants ont souvent fait partie d’organisations d’étudiants, les femmes de collectifs féministes et les ouvriers de syndicats. La base sociale de la contestation “mondiale” semblait, en fait, représenter l’ensemble des clivages sociaux déjà mobilisés, comme le laisse à penser une troisième hypothèse. En fait, selon les craintes exprimées dans la quatrième hypothèse, l’identification dominante avec la “gauche” du spectre politique semble témoigner de la réapparition de conflits fondés sur les inégalités sociales, conflits considérés naguère encore comme apaisés.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 15 Dec 2005
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1020-8178
    From: UNRISD