1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back | Programme: Démocratie, gouvernance et conditions de vie

Human Rights and Social Development: Toward Democratization and Social Justice



Cette étude vise à évaluer les progrès en vue des objectifs de la Déclaration de Copenhague relative au développement social (qu’on appellera ici la “Déclaration”) et du Programme d’action en utilisant une stratégie axée sur les droits de l’homme. La Déclaration cherche à faire des droits de l’homme le cadre de politiques destinées à atteindre les objectifs du Sommet mondial pour le développement social, qui s’était tenu à Copenhague en 1995. Cette stratégie suppose que les normes et le mécanisme des droits de l’homme seraient une source d’informations quant à la prise de décisions en matière de politiques du développement. Elle présume également que les droits rendraient autonomes des groupes sociaux et économiques jusque là exclus ou désavantagés sur le plan du développement et des prérogatives. Elle implique tout particulièrement que les normes en matière de droits de l’homme qui nécessitent et soutiennent la démocratie seraient le fondement de la stabilité politique et sociale et que les droits sociaux et économiques éliminent les pires conséquences de la pauvreté.
    Yash Ghai commence par montrer la pertinence des droits de l’homme aux objectifs et à la stratégie de la Déclaration. Afin d’explorer les possibilités de changement par le biais et le mécanisme des droits, il décrit les éléments saillants du système ou “régime” des droits—fondements philosophiques, principes et normes des droits de l’homme et mécanisme pour les faire respecter—ainsi que les différents types de droits qui constituent à présent le régime international, tout comme leurs interconnexions. Il évoque ensuite le degré de consensus autour des droits de l’homme, présentant les diverses critiques relatives à de tels droits, qui affectent leur capacité de servir de cadre consensuel pour des politiques. Les dispositions au sein des normes nationales et internationales qui soutiennent la démocratie sont analysées, et une attention particulière est portée à celles qui définissent les droits des minorités, puisque les conflits ethniques—ou ce qui passe pour des conflits ethniques—ont constitué une source principale d’instabilité sociale et politique, ainsi que de grande oppression et de souffrances. Yash Ghai examine également les clauses qui visent à promouvoir la justice sociale, ainsi que la manière et la mesure dans laquelle la démocratie et la justice sociale ont été mises en œuvre au cours des dernières années, en particulier depuis le Sommet social. Pour ce faire, il examine la nature et les implications de la mondialisation, qui a un effet considérable tant sur la pertinence que sur les perspectives de démocratie et de justice sociale.

    L’auteur conclut que, bien que les droits de l’homme fournissent un cadre approprié pour les objectifs de la Déclaration, et qu’il y ait un grand mérite à utiliser ce cadre, rares sont les progrès qui ont été accomplis dans la réalisation des droits qui sont essentiels à l’ordre du jour de la Déclaration. On note davantage de progrès sur le plan de la démocratisation que sur celui de la justice sociale, mais même dans ce domaine, le progrès est strictement limité car aucun consensus international ne règne en ce qui concerne l’importance des droits. Il existe diverses interprétations des droits de l’homme, et l’engagement des gouvernements envers reste très superficiel. Même les gouvernements occidentaux, qui affirment être les principaux champions en matière de droits de l’homme, accordent plus d’importance à leurs intérêts nationaux qu’à la réalisation des droits de la personne. L’obtention d’une justice internationale nécessite un transfert massif, sur le plan international, de ressources financières et autres des pays les plus riches à ceux les plus pauvres et, sur le plan interne, des classes les plus riches aux classes les plus pauvres. La volonté n’existe tout simplement pas à ces deux niveaux pour de telles redistributions. Au contraire, les processus de mondialisation accentuent les disparités entre riches et pauvres, tant sur le plan international que national.
    • Publication and ordering details
    • Pub. Date: 1 Oct 2001
      Pub. Place: Geneva
      ISSN: 1020-8186
      From: UNRISD