1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back

Beyond Buzzwords: “Poverty Reduction”, “Participation” and “Empowerment” in Development Policy

  • Auteurs: Andrea Cornwall, Karen Brock
  • Document no.: 10
  • Code: PP-UOC-10
  • No. de pages: 34


Dans le monde de la politique de développement, où les choses changent vite, les mots à la mode sont pour beaucoup dans la présentation des solutions. Aujourd’hui, les conceptions orthodoxes du développement se résument en un assemblage séduisant de mots, parmi lesquels la “réduction de la pauvreté”, la “participation” et l’“autonomisation” ont une place de choix. Ces mots donnent une impression de justesse et rendent optimiste quant aux politiques de développement actuelles. Ils laissent à penser que le monde est gouvernable, contrôlable, que chacun y a la possibilité de prendre part aux décisions qui ont une incidence sur sa vie et que les politiques établissent clairement le mode d’emploi à suivre dans la pratique. Mais quelle différence font ces mots? Leur emploi a-t-il entraîné un changement quelconque des politiques poursuivies par ceux qui dominent le développement?

Les auteurs portent ici un regard critique sur la manière dont ces trois termes et expressions ont été employés dans la politique de développement internationale, en étudiant comment différents assemblages de mots décrivent et justifient des types particuliers d’intervention en matière de développement. Elles commencent par s’interroger sur la forme et la fonction de ces mots à la mode dans les déclarations d’intention des agences de développement, en étudiant leurs effets performatifs autant que leurs qualités sémantiques. Ensuite, elles se demandent en quoi ces mots à la mode ont changé avec le temps et analysent leur emploi dans deux outils de la politique de développement actuelle, les documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP) et les Objectifs de développement pour le Millénaire (ODM). Enfin, elles élargissent le débat pour mener une réflexion sur la place de tels termes et expressions dans la politique de développement en général.

Les termes que nous employons ne sont jamais neutres: tel est l’argument avancé dans ce document. On leur donne un sens par l’usage qu’on en fait dans les politiques. Et ces politiques, à leur tour, influent sur la façon dont ceux qui travaillent dans le développement envisagent ce qu’ils font. La manière de combiner les mots permet à certains sens de faire florès alors que d’autres sont pratiquement impossibles à intégrer intellectuellement. Les auteurs montrent que des mots qui renvoyaient naguère à la politique et au pouvoir ont été reconfigurés pour entrer aujourd’hui dans des recettes de développement passe-partout et vidés de leur sens politique pour convenir à tout le monde. Elles en concluent que l’emploi de tels mots dans la politique de développement ne laisse guère espérer l’avènement de ce monde sans pauvreté qu’ils évoquent.

Andrea Cornwall est membre de l’Institut d’études du développement, Université du Sussex, Royaume-Uni. Karen Brock, consultante en développement indépendante, était auparavant chercheuse au sein du Groupe de participation de l’Institut d’études du développement.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 1 Dec 2005
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1020-816X
    From: UNRISD