1963-2013 - 50 years of Research for Social Change

  • 0
  • 0

Back

The World Bank as a Knowledge Agency

  • Auteurs: John Toye, Richard Toye
  • Document no.: 11
  • Code: pp-uoc-11
  • No. de pages: 24


Les auteurs prétendent ici que la production du savoir social est problématique dans toutes les organisations internationales, du fait de leur nature d’administration publique. Ils avancent cette proposition générale comme une modification de la théorie de Weber de la bureaucratie. La modification désigne un décalage potentiel entre la hiérarchie officielle et la répartition réelle des moyens du pouvoir, ce qui rend possible un conflit entre les buts du chercheur désintéressé et la neutralité politique imputée par Weber au bureaucrate moderne.

La section II est une étude de cas de la Banque mondiale (aussi dénommée la Banque) et des problèmes que peut poser la gestion de la recherche sociale dans une administration publique internationale. Les auteurs expliquent non seulement que des facteurs tenant à certains aspects de la gestion limitent ce que la Banque est prête à publier, mais aussi que les contraintes à respecter dans la publication changent avec le temps, selon les objectifs de la direction et la compétence qu’elle met à exercer un contrôle éditorial sur les produits de la recherche. Ils illustrent leur propos en prenant pour exemples les recherches de la Banque sur le problème de la dette des pays en développement dans les années 80, et la dissidence interne qui s’est exprimée sur le consensus de Washington dans les années 90.

La section III examine en quoi les objectifs de la direction de la Banque ont évolué ces dernières années et cherche à dégager les facteurs qui l’ont amenée à modifier son discours et sa politique. Au cours de la dernière décennie, la Banque a dû s’adapter aux diverses pressions qu’exercent sur elle ses principaux commanditaires et qui tiennent à la fois à des événements géopolitiques et à l’opposition à des modes de fonctionnement institutionnels particuliers. Sous ces pressions, la Banque a adjoint à sa mission de libéralisation un “nouveau programme de développement”, auquel figurent la réduction de la pauvreté, l’amélioration de la gouvernance et d’autres préoccupations qui lui viennent des organisations non gouvernementales (ONG).

Les auteurs en arrivent ainsi à la question qui sous-tend la section IV: l’adoption de ce nouveau programme de développement a-t-elle entraîné un changement fondamental des attitudes de la Banque? Perçoit-on des signes de changement ou seulement un changement des signes? L’auteur passe en revue des recherches récentes sur les questions de la réduction de la pauvreté, de la gouvernance et de la conditionnalité (portant sur les politiques et sur les modalités) afin de juger de l’évolution de la Banque.

On peut conclure que le discours du changement est allé plus vite que la réalité, ce qui n’est pas très surprenant. Cependant, la Banque a pris d’importantes initiatives nouvelles, pour tenter de combler les lacunes de l’action qu’elle a menée dans le passé en qualité d’instigateur de politiques de réforme économique. Le fait d’exiger que les emprunteurs établissent une stratégie nationale de réduction de la pauvreté et le fassent en consultant la société civile ne manquait pas d’audace et n’a rencontré jusqu’ici qu’un succès limité. En même temps, les conditions fixées en matière de modalités ne semblent pas avoir remplacé ni même beaucoup réduit les conditions fixées en matière de politiques.

Maître de recherches à la Queen Elizabeth House à Oxford, John Toye travaille aussi au Centre pour l’étude des économies africaines de l’Université d’Oxford. Parmi ses récentes publications figurent Keynes on Population. Richard Toye est chargé de cours en histoire au Homerton College, à l’Université de Cambridge. Il est membre de la Société royale d’histoire et auteur de The Labour Party and the Planned Economy, 1931–1951. John Toye et Richard Toye ont écrit conjointement The UN and Global Political Economy.
  • Publication and ordering details
  • Pub. Date: 1 Dec 2005
    Pub. Place: Geneva
    ISSN: 1020-816X
    From: UNRISD